La toilette de l’esprit

bainNe dit-on pas un esprit sain dans un corps sain ?

Cœur et mental :

L’homme fait partie de l’univers, au même titre qu’un minéral, végétal, animal ou que toute autre créature non perçue par ses cinq sens usuels (désolé pour l’ego). Son corps physique est composé d’énergie à vibrations lentes, le rendant matériel, perceptible à nos cinq sens. Son mental, ses émotions et son cœur, notamment, émettent des vibrations qui forment d’autres corps.  Ces derniers sont dits subtils car non perceptibles à nos cinq sens, du fait de leurs vibrations plus rapides. Tous ces corps coexistent au même endroit car ils ont des fréquences différentes. Il n’y a là rien de magique, juste une mécanique, de même que tout le monde admet l’existence d’un wifi dans son lieu de vie sans pour autant le voir ni le toucher. De par ses différents corps, l’homme est relié au reste du monde, au Tout, sans s’en rendre compte consciemment avec ses sens matériels.

Dans notre société occidentale, dite scientifique, le mental est privilégié au point de créer sa dictature. Pour acquérir un savoir intellectuel, il faut observer la « réalité », la quantifier et la qualifier. Le rôle du mental étant d’apprendre et d’analyser, il dissèque, et de ce fait il différencie. Le mental crée des idées qui deviennent des croyances. Ces croyances créent des échelles de valeurs, des conventions, ce qui est bien, ce qui est mal, des jugements et ainsi des séparations. Les croyances sont différentes selon les cultures, selon l’éducation, selon le vécu, selon le caractère, selon les affinités, et là encore séparations. L’ego est nourri par le mental. En effet l’homme a du mal à penser que ce qu’il croit juste, en fonction de ses critères, n’est pas valable pour les autres. C’est le syndrome du missionnaire qui cherche à imposer sa vérité. Pourtant ce qui est juste pour l’un ne l’est pas pour l’autre, et inversement. Il n’y a pas d’erreurs, seulement des constructions différentes. Puisqu’il y a diversité, c’est que le mental est un outil, mais pas la vérité.

Le cœur, quant à lui, est l’intelligence de l’âme. Il détient une fréquence ouverte à toutes les possibilités. Il est relié à Tout ce qui est, ne doute pas de cette connexion et ne l’analyse pas. Il sait et offre invariablement les meilleurs conseils.

En résumé le cœur unit alors que le mental sépare.

Passons à la toilette :

N’essayez pas de faire taire le mental, contrairement à certaines préconisations, car le combat serait perdu d’avance.

Commencez par diriger votre attention sur le son des battements de votre cœur. Vous pouvez vous aider au début de vos mains pour détecter les mouvements de votre pouls par exemple. A l’usage, vous localiserez naturellement les battements.

Laissez le silence et le calme vous envahir afin d’écouter les battements de votre cœur. Vous détournez ainsi votre attention du bavardage incessant de votre mental que vous laissez discuter seul.coeur

Après un certain temps, laissez votre réceptivité s’ouvrir à tout ce qui vous entoure.

Vous captez ainsi le monde extérieur avec l’ensemble de vos capacités sensorielles, en devenant un avec le courant autour de vous et en vous. Vous avez établi un contact entre le monde et votre cœur. Le cœur est la force qui vous anime et relie votre âme à toutes les autres. Lorsque le cœur est accordé à sa fréquence naturelle, au moment présent et au flux du Soi et du Tout, le temps et l’espace ne font qu’un.

Cette pratique consiste à « être », dans l’instant. Choisir avec le cœur et vivre par le cœur, permet d’être disponible et réceptif à tout ce qui existe, puis de décider et d’accomplir sans tenter de provoquer les choses comme le fait le mental.

Cette méthode me convient car elle ne fait pas appel à des visualisations, à des musiques ou à des paroles qui, personnellement me perturbent et me tendent, et demandent un effort mental que l’on veut justement éviter.

La pratique est proche de la méditation de pleine conscience, mais est fondée sur le cœur qui nous relie et non sur la respiration. De plus, le terme méditation, employé pour plusieurs sens, dont celui de réflexion du mental, me semble inadapté.

(Inspiré par Celestia et Ahnahmar, Telos tome III, Aurélia Louise Jones, Éditions Ariane)